lundi 17 octobre 2016

Empêcherons-nous les bombardements russes sur Gaza ou la destruction de Falloujah par les Iraniens ?

Théophraste 

Il faut toujours se méfier de ceux et celles qui affichent « Je Suis Charlie ».

L’expérience a maintes fois démontré que cette profession de foi obstinée recèle le plus souvent un sectarisme et une intolérance envers toute opinion qui diverge peu ou prou de la leur. Et la leur est quasi-systématiquement alignée sur le discours dominant. Faut-il s’en étonner ? C’est comme toutes les affirmations du genre « Nous sommes bons, parce que nous sommes l’Amérique » - ou parce que nous sommes l’Europe, ou l’Occident, ou Israël, ou blancs de peau, ou Chrétiens, ou boy-scouts... Ou parce que nous ne portons pas de voile.
La relation de cause à effet étant en soi tellement distendue qu’on ne peut que sombrer dans un abîme de perplexité. C’est comme dire « ce que je suis en train de dire est faux ». L’affirmation contient en elle-même sa propre dénégation et du coup... argh, mon cerveau disjoncte.
Voilà donc que l’UE envisage d’interdire l’accès aux médias russes pour cause de mise en péril de la liberté d’expression, pardon, pour cause de « propagande ». Voilà qui est croustillant, après les tombereaux de merde déversés par les médias occidentaux et débusqués, notamment, grâce aux médias alternatifs (au sens le plus large). Et on peut parier sans risque qu’il en reste encore beaucoup à débusquer.
L’oligarchie occidentale avance-t-elle de moins en moins masquée ou est-ce le masque qui devient de plus en plus visible ?

En attendant, et comme prévu, « Je Suis Charlie » n’est plus qu’un simple slogan, c’est devenu une posture adoptée par toutes les oligarchies en fin de course et joyeusement - ou inconsciemment - relayée par tous leurs larbins.

Théophraste R.
 
Fermement campé sur une place rouge. (Non, pas celle-là.) 

Le Grand Soir

Aucun commentaire: