dimanche 16 avril 2017

Ficron, Maillon, ou Mélenchon ?

Olivier Cabanel         

Alors qu’apparemment les programmes des 2 premiers diffèrent, si l’on prend un peu de recul, ces différences sont minimes. Mais celui qui dérange les puissants, c’est Jean-Luc Mélenchon, au point que tous les moyens deviennent bons pour le dézinguer.

Les convergences s’accumulent pour Macron et Fillon, notamment sur le terrain de l’histoire, quand l’un se prend pour Vercingétorix, (lien) oubliant comment ce dernier à fini sa carrière, et sur le terrain de la géographie pour le second, quand il prend la Guyane pour une île. vidéo
Sur le chapitre des citations, Macron n’est pas au top non plus, puisqu’il a attribué un texte de Chevalier & Laspales à Michel Audiard, qui n’en demandait pas tant : « y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes  ». lien
On trouve aussi des convergences entre Macron et Fillon sur l’organisation des meetings, occasions de nombreux bidonnages.
Ainsi le public de Macron se voit donner des consignes d’applaudissement et de slogans par le biais de l’application téléphonique « Telegram » : « tapez des pieds », « on lève les drapeaux ! », « n’hésitez pas à vous lever, ça va monter tout seul, n’ayez pas peur de la foule !  »... lien
L’ensemble des consignes sont visibles ici.
Fillon au Trocadéro clamait à ses militants : « vous êtes 200 000 !  » pour un lieu qui ne peut en accueillir que 45 000. lien
Ajoutons qu’ils ont tous deux le soutien de nombreux patrons. lien lien
Mais revenons à Mélenchon.
Sur le net, les attaques vont bon train...
Jean Marc Proust, le rédacteur d’un article sur Slate.fr, y va de bon cœur, créant la panique, sur le thème, « s’il est élufaut-il partir ou rester ? », et donnant carrément des « conseils de survie ».
Extrait : « ce dimanche 23 avril, il sera trop tard (...) après l’annonce d’un second tour opposant Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, ce sera aussitôt la panique. Les réseaux sociaux dégoulineront d’émoi et de larmes (...) ou de cris de joie (...) et dès le lendemain, les taux d’intérêt exploseront, rendant la dette française intenable, faisant peser des menaces multiples sur l’économie française  »...
Après cette entrée en matière tranchée, suivent des conseils en déclinant les options : « Partir, l’option la plus rationnelle », ajoutant « pour qui a regardé le programme des deux finalistes. Le reste du programme, on s’en fout un peu, mais que ce soit Le Pen ou Mélenchon, il conduira au même résultat : une sorte de guerre civile plus ou moins larvée. Si vous n’avez pas envie de devenir pauvre ou de prendre des coups de matraque, il faudra partir  ».
La suite est à l’avenant. lien
En tout cas, ça a mis de bonne humeur l’intéressé qui a répondu à l’article du Figaro sur le ton de l’humour. lien
Le fait que Jacques Attali, l’un de ceux qui ont mis en scène Emmanuel Macron, soit l’un des actionnaires du site « slate », est-il l’explication ?
Il faut ajouter que la presse est aux ordres d’une oligarchie médiatique, et d’Arnaud Lagardère (le Point), à Vincent Bolloré (Canal+), en passant par Patrick Drahi (Libération, l’Express et quelques autres), Serge Dassault (le Figaro), Bernard Arnaud (Les Echos, le Parisien), Martin Bouygues (TF1, LCI...) ils sont tous des fans de Macron ou de Fillon.
Les sondages, qu’il faut prendre, comme on le sait avec beaucoup de précaution, montrent une remontée significative du candidat des insoumis (18%) et une baisse régulière de Le Pen et Macron, accompagnée d’une descente évidente de Hamon. lien
Pas de doutes, Mélenchon est bien l’homme qui les dérange, puisque dans tous les cas de figure, les politologues affirment que Marine Le Pen serait battue.
Pierre Gattaz est allé jusqu’à organiser une conférence de presse le 11 avril en lançant un cri du cœur évoquant « la ruine du pays assurée et un appauvrissement de la population française » assurant : « avec Mélenchon, c’est 200 milliards de dépense publiques en plus...et qui paie à la fin ? Les ménages, les entreprises »...évoquant « un désastre (...) une baisse du pouvoir d’achat et un défaut de paiement de l’Etat ».
Un qui n’y va pas non plus avec le dos de la cuillère, c’est Eric le Boucher, éditorialiste du Monde, des Echos, d’Europe 1, en publiant une tribune assassine : « les populistes dingos et les populistes réalo »...et si la xénophobie de MLP (marine le Pen) ne lui fait pas peur : « elle n’appliquerait pas son programme économique  » assure-t-il, JLM (Jean-Luc Mélenchon), pour le chroniqueur «  renverserait l’ultra capitalisme qui étrangle sauvagement les peuples. Il le nationaliserait fissa et lui imposerait la loi des Maximum, comme en 1793 ; il condamnerait les accapareurs (...) son programme de relance (...) suffirait à colorer en rouge sang l’économie française  ».
Le ton est donné !
Pour lui, Mélenchon est « l’homme à abattre ».
BHL est sur la même ligne et menace de « quitter la France si Mélenchon est élu », de quoi recruter de nouveaux votes en faveur de ce dernier... lien
Ségolène Royal le prend à contre pieds, puisqu’elle a déclaré se mettre aux cotés de JLM, ce qui ne doit pas réjouir son ex...lien
«  Il vaut mieux opérer une percée de ce coté là que du coté de l’extrême droite  » à-t-elle déclaré. lien. Elle n’a manifestement pas oublié que sa défaite en 2007 venait en grande partie de son camp, sur le même ton de ce qui se passe entre le candidat gagnant de la primaire socialiste, et les membres de son parti.
Quant à celui qui, dans 10 jours, ne sera plus président, en qualifiant Mélenchon de « péril », il a choisi implicitement le camp de Macron, (lien) montrant par là une évidente filiation, et il n’est pas sûr que ce soutien soit de nature à faire progresser le candidat d’en marche dans les sondages. lien
En tout cas, comme l’écrit le quotidien « Libération  », pour Mélenchon c’est « l’Ascension avant Pâques » (18,5%). lien
Allons voir ce qui se passe du coté de l’extrême droite puisque, depuis sa bourde sur le Vel d’Hiv, la posant en digne héritière de son père, (lien) elle joue les abonnés absents, annulant nombre de prestations qu’elle devait faire, inquiétant tout son entourage, Marion Maréchal en tête, laquelle n’a toujours pas digéré les vexations que lui fait subir sa tante.
Pas étonnant dès lors qu’elle dévisse dans la plupart des sondages, tombant à 22%, et qu’elle s’en prenne aussi à Mélenchon. lien
Pour terminer, c’est sur le ton de l’humour que l’insolente Charline Vanhoenacker conclut dans sa chronique du 13 avril sur l’antenne de France Inter : « Si on en croit le Figaro, les chars russes sont à nos portes ! La rédaction est en panique ! Ce matin au service société, y a Jean Benoit qui poste un article sur Mélenchon et l’immigration, qui explique que dans un an, les français nettoieront les pare-brises des roumains. Au service économique, y a Marine Attali qui prépare un article sur les patrons qui seront obligés de vendre leurs enfants pour se payer du pain rassis, et d’après les journalistes du service international, le programme militaire de Mélenchon consisterait à déployer une armée d’hologrammes en Syrie. Ce sera le K.O.
Mais le pire de tout, c’est que Christiane Taubira pourrait briguer un ministère. C’est la paniqueLa dynamique Mélenchon est arrivée comme ça, d’un coup sans prévenir. Curieuse campagne ou d’une semaine à l’autre, on nous explique que la France va ressembler à l’Autriche, ou au Luxembourg ou à Cuba !... là en ce moment, c’est Cuba...Imagine-t-on Marianne en train de fumer un Havane  ? Dans le bureau de Mélenchon on ne voit que des gens pue recommandables, comme Castro, Robespierre, Chavez, alors que dans le bureau de François Fillon, on ne voit juste un portrait du général De Gaulle, et toute la collection des Arsène Lupin. C’est quand même plus classe. L’heure est grave, la France d’en haut commence à flipper : on a mis plus de 200 ans pour rétablir tous les privilèges démolis en 1789, c’est pas pour que ce fou furieux de Mélenchon vienne tout gâcher d’un coup ! Hier en voyant le dernier sondage, Pierre Gattaz a fait un malaise, il a été obligé d’avancer d’un mois son séjour en thalasso ! (...) Est-ce qu’il faut revendre ses bijoux de famille ? Construire un abri antiatomique dans la cave du journal « les échos » ? C’est l’alerte rouge comme en 81 ! Si on peut plus sauver la France, essayons au moins de sauver les riches ! C’est le moment de faire la vidange de la Jaguar, de vendre le chalet de Megève, de vider ses comptes, d’acheter de l’or, de s’installer au Liechtenstein ! Fuyez ! Fuyez ! Et si vous décidez de rester, c’est le moment de vous déguiser en pauvre...et de vous cacher à la campagne. Convertissez tout en francs, cachez le tout dans le jardin. Mélenchon fait même flipper Hollande qui a enfin été mis au courant qu’il y avait une élection. Alors il est sorti de sa réserve ; tu peux trembler Méluche, François Hollande il les connait ses ennemis ! Il est impitoyable ! Rappelez-vous ce qu’il a fait à la finance !  ».  lien

Comme dit mon vieil ami africain : « Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été trompés  »...


Aucun commentaire: